30 mars 2013

La sage femme de Venise par Roberta Rich

_____________________________________________________________________________________

Mon avis :

La sage femme de Venise est un de ces livres qui me tentaient depuis l'annonce de sa sortie. Effectivement, c'est à la fois un roman historique mais c'est aussi un drame. Deux genres que j'affectionne particulièrement. Je me suis donc lancé tête baissée dans cette lecture et j'en ressors ravie malgré quelques défauts.

Venise 1575. Hannah Levi est réputée dans toute la ville pour ses talents d’accoucheuse – un don développé en secret par les « cuillers d’accouchement » qu’elle a mises au point. Par une nuit d’hiver, le comte Paolo di Padovani vient l’implorer d’assister sa femme, luttant depuis deux jours pour donner naissance à leur premier enfant et dont les forces s’épuisent. Hannah est partagée. La loi interdit aux Juifs de soigner les chrétiens et, si elle accepte, c’est toute sa communauté qu’elle met en danger. Mais la somme d’argent que lui propose le comte suffirait à payer la rançon de son époux bien-aimé, Isaac, retenu en otage sur l’île de Malte. Le choix d'Hannah va la précipiter dans de périlleuses aventures...

Tout d'abord, j'ai beaucoup apprécié Hannah. C'est une personne très affectueuse et son histoire ne peut qu'émouvoir. On apprend très vite à la connaître et je trouve cela agréable de ne pas passer par vingt-cinq mille chemins pour pouvoir découvrir celle avec qui nous allons passer toute notre lecture. Elle m'a beaucoup impressionné, c'est une battante. Elle a un mental d'acier et sait supporter de lourdes épreuves/conséquences. Sa sœur est un peu dans la même veine, malheureusement, elle n'est pas vraiment présente dans ce bouquin. Ça reste un personnage secondaire qui, je pense, aurait pu être très intéressant si l'auteure aurait approfondi celui-ci. En revanche, le personnage d'Isaac ne m'a pas touché malgré qu'il soit intimement lié à Hannah. Je l'ai trouvé beaucoup moins charismatique et intéressant. C'est ça qui fait que je ressors de cette lecture qu'à moitié ravi puisque ce roman comporte deux "histoires", celle d'Hannah que j'ai beaucoup aimé et que j'ai pris malin plaisir à suivre et parallèlement celle d'Isaac qui, cette fois-ci m'a beaucoup ennuyé.

L'histoire d'Hannah est très intéressante, on la voit évoluer dans son métier de sage -femme. Elle transgresse d'ailleurs les interdits de ce métier ce qui donne une touche assez spéciale à ce roman car elle permet une intrigue passionnante. Aucun temps morts ne nous sont accordés. Celle-ci est très bien ficelée et très bien menée ce qui apporte une forte addictivité et les pages se tournent à vive allure. Je n'ai trouvé aucun défauts sur cette facette de l'histoire. En revanche, l'histoire d'Isaac ne m'a point touché, nous pouvons constater qu'il mène une vie dure. Il est esclave ce qui devrait émouvoir, mais je ne sais pas, il m'a manqué quelque chose pour pouvoir apprécier pleinement celle-ci. Cela vient sûrement des descriptions, je trouve qu'elles sont manquante chez Isaac. Son mode de vie n'est pas assez décrit et nous n'avons pas l'occasion de découvrir entièrement son rang d'esclave, les souffrances qu'il peut éprouver. Ce qui engendre un manque de compassion chez le lecteur, du moins, c'est ce qui m'est arrivé. Malgré ça, j'ai passé un agréable moment avec La sage-femme de Venise ! L'auteure a une plume très agréable à lire et très intéressante, et je l'admire beaucoup car elle a très bien su exploiter le contexte historique utilisé. J'espère, un jour, pouvoir redécouvrir Roberta Rich dans un autre de ses écrits.

Je conseille à toutes et à tous cette lecture car elle est vraiment très intéressante et très enrichissante, tout est rassemblé pour faire de ce roman une lecture passionnante ! Je remercie fortement Gilles Paris qui m'a permis de découvrir cette très belle histoire.

15 mars 2013

Salon du livre à Paris 2013


Bonjour tout le monde ! Grande nouvelle, le samedi 23 mars je serais au Salon du livre de Paris. Ce sera mon premier salon littéraire, imaginer mon excitation. J'ai la chance d'y aller grâce à l'immense générosité de Caroline du blog book-worm qui fera la conductrice jusqu'à Paris. Je te remercie une énième fois, you're the best :p

J'espère passé une agréable journée bercée de nombreuses dédicaces et de nombreuses rencontres. En effet, je veux rencontrer certains auteurs mais je veux absolument vous voir, vous, blogueurs ou lecteurs si vous y êtes ce jour-ci. J'ai vraiment envie de vous rencontrer, c'est l'occasion !! J'ai l'intention de rejoindre Noëline de FadaOfBooks, je veux absolument voir Mandy de MeadowsOfHeaven, Claudia de lecture-de-livres et tant d'autres. Indiquez-moi si vous serez présent mes chers amis !

Trêve de blabla, voici les dédicaces auxquelles je compte me rendre. Et oui, le salon est fait pour ça quand même ^^

Frédéric Mars (BlackMoon) 10h-11h
Laetitia Milot (Fayard) 14h-15h
Blandine Le Callet (Stock) 15h-16h
CJ Daugherty (Collection R) 15h-17h
Pierre-Yves Tinguely (BlackMoon) 18h-20h


Je compte bien rester toute la journée. Je vais en profiter à fond, je compte bien faire quelques achats, évidemment ! Pour ceux qui seront là, je vous dis à la semaine prochaine. Pour les autres, je vous ferai un compte rendu dès que je serai rentré chez moi !!

A très bientôt..

14 mars 2013

Dans la peau du diable par Luke Delaney

_____________________________________________________________________________________

Mon avis :

Dans la peau du diable, un titre plus qu'accrocheur qui m'a poussé à lire ce roman. Je dois dire que je ressors de cette lecture avec un avis très mitigé, en effet, être, comme le dit si bien le titre "Dans la peau du diable" c'est très spécial. C'est très intimidant, le narrateur exerce une sorte de pouvoir sur nous, lecteurs, cela engendre une dimension réaliste assez terrifiante et angoissante. Je ne me suis pas vraiment senti à l'aise lors de ma lecture. Sincèrement, je ne sais vraiment pas si j'ai adoré ou détesté ce roman, ça vous semble peut-être idiot, vous vous dites surement qu'un ressenti est un ressenti et qu'on ne peut pas hésiter entre ces deux extrêmes mais cela est mon cas aujourd'hui. Je vais tout de même essayer de vous donner mon avis le plus précisément possible pour que vous puissiez avoir une idée du genre de roman que peut être celui-ci : un genre de thriller tout à fait inédit pour moi. Je ne sais si je réitérerai cette expérience dans le futur, l'avenir me le dira !

Un homme, en apparence bon père de famille, nous raconte par le menu, dans un monologue intérieur, le meurtre qu'il vient de commettre : comment il a repéré puis traqué sa victime, pour la poignarder sauvagement dans son appartement londonien.
L'inspecteur Sean Corrigan est appelé avec son bras droit, Dave Donnelly, sur la scène de crime. Sean, abusé dans son enfance, ressent et comprend la violence des meurtriers, l'ayant lui-même intériorisée. Il a développé une sorte d'intuition très forte qui lui permet de visualiser le déroulement des crimes et de ressentir la proximité animale du tueur.
D'autres meurtres vont être commis, plusieurs personnes suspectées et un vaste jeu du chat et de la souris commence. Mais dans cette affaire, les apparences sont trompeuses, les fausses pistes et les pièges nombreux, et Sean va avoir fort à faire pour dénouer les nombreux fils de cette intrigue.


Je vais commencer par les personnages. Tout d'abord, au tout début de ma lecture je me suis dit : "mais m**de, je connais déjà l'identité du tueur, où vont être les rebondissements ?". À vrai dire, cette partie de l'histoire m'a bien plu puisque j'ai eu ma dose de rebondissements et de surprise, j'ai eu le droit à des retournements de situation auxquels je ne m'attendais pas du tout. C'est une des choses que je recherche et que j'aime dans les thrillers, la surprise. Et je dois bien avoué que niveau surprise, Dans la peau du diable sait y faire. En revanche niveau identification du personnage, vous vous doutez bien que c'est ZERO ! Comment s'identifier à un criminel, c'est tout bonnement impossible. Cela engendre une certaine distance qui explique en partie mon avis mitigé pour ce roman. Niveau inspecteur, policier et tout le traintrain habituel, j'ai été assez déçu. Aucun ne m'a vraiment plus. Ils manquent de prestance, de charisme.. C'est très dur d'apprécier un roman lorsque les personnages ne nous plaisent pas !

En revanche, j'ai beaucoup apprécié l'histoire globale et l'intrigue qu'a créé Luke Delaney. Puisque le tueur était déjà dévoilé je m'attendais à quelque chose de très simple, de basique et d'assez plat mais que nenni. Au fil de ma lecture, j'ai pu constater que l'auteur m'avait bien eu. En effet, celui-ci a su brouiller mon esprit, puisque pour moi les dès étaient déjà jetés mais en fait pas du tout. Des rebondissements plus que surprenant se sont glissés dans cette histoire et ont tout chamboulés ! De plus, les descriptions des meurtres sont très bien fournies, j'en ai encore l'estomac retourné. J'ai su apprécié la plume de cet écrivain, il sait comment plaire, j'ai aimé ce qu'il a fait de ce roman même si le contexte ne m'a pas vraiment plus. Au contraire, comme expliqué plus haut, c'est le gros point négatif qui fait que je n'ai pu prendre complètement plaisir à la lecture de ce roman. Mais je ne mets en aucun cas le talent de l'auteur en cause !

Je pense que les amateurs de Thriller pourrait apprécier cette lecture, peut être pas tous car j'en suis un et je n'ai pas plus apprécié que ça mais la grande majorité devraient trouver leur bonheur avec ce roman. En revanche, ceux qui voudraient tenter ce genre pour la première fois, ne commencer surtout pas par Dans la peau diable, choisissez quelque chose de plus soft et de moins.. spécial ? Je souhaite tout de même remercier Gilles Paris qui m'a permis la découverte de ce genre de Thriller, j'en reste encore hébété. Hébété de quoi je n'en sais rien mais je le suis !

1 mars 2013

La ligne de tir par Thierry Brun

_____________________________________________________________________________________
 
Mon avis :
 
La ligne de tir est un livre que je ne connaissais pas du tout avant d'en entendre parler chez Book en Stock. J'ai d'ailleurs eu l'occasion de lire ce livre grâce aux deux gérantes de ce blog, Dup et Phooka que je remercie énormement car cela m'a permis de passer un excellent moment. J'ai apprécié cette lecture grâce à sa noirceur et ses personnages.
 
Le commissaire Fratier est sur le point d'être mis en examen. Depuis trop longtemps, il est lié à la pègre dans sa ville de Nancy et le témoignage de Loriane Ornec, qu'il a corrompue quand elle était dans son service, pourrait bien l'envoyer en prison.
Il décide de la supprimer et contraint une ancienne terroriste de la mouvance gauchiste instrumentalisée par le pouvoir à exécuter cette tâche.
Mais Loriane Ornec disparaît.
Rival de Fratier, Shadi Atassi, qui règne sur le crime organisé nancéien, est amoureux de la jeune femme et mobile ses troupes à sa recherche. Il soupçonne Fratier d'être mêlé à sa disparition... mais surtout Patrick Jade, un homme glacé, au passé de tueur, qui représente pour eux tous, Fratier, Ornec, Atassi, une menace terrifiante.
Roman de la nuit et de la corruption, La Ligne de Tir, mécanique implacable, nous entraîne imperceptiblement d'un univers à un autre, du roman noir au thriller, et nous invite à une plongée oppressante dans le repaire de Jade, homme granitique, citadelle imprenable, point sombre dont chacun subit l'attraction et vers lequel tous convergent.
 
Malgré la multitude de personnages et le nombre d'histoires en parallèles, j'ai réussi à me projetter dans ce roman auquel j'ai pris malin plaisir à suivre. J'ai trouvé les personnages tout aussi attachant les uns que les autres même si certains sont des personnages assez.. hard et cruels. Mais leurs côtés puissants et singuliers m'ont beaucoup plu. Ils ont chacun leurs personnalités, leurs passés, leurs histoires.. et j'ai trouvé cela symphatique de connaitre ces protagonistes en profondeur ! En revanche, les dénouements qui subviennent pour certains d'entre eux m'ont assez déçus, je ne m'attendais pas à cela et je me suis surpris à en vouloir à l'auteur.
 
L'histoire, ou devrais-je dire les histoires m'ont plu car nous n'avons aucun moment de répit. C'est haletant et passionnant et nous n'avons pas le temps de s'ennuyer. Les intrigues menées en parallèle sont très bien écrites et très complètes, l'auteur va jusqu'au bout et ne laisse aucune question sans réponse et je trouve cela extremement bien car je n'aime pas me triturer l'esprit après un bouquin pour répondre à des questions auxquelles je n'aurais peut-être, jamais de réponses.. Thierry Brun à une plume très singulière et j'espère pouvoir le découvrir avec un autre roman car, la plupart du temps, je ne suis pas fan des auteurs français niveau Thriller/Policier alors que cette fois-ci, j'ai beaucoup aimé ce qu'a écrit cet auteur. Malgré la noirceur de ce roman, c'est aussi très émouvant car nous nous rendons compte que les personnages sont des personnes blessées de l'intérieur, dont certains sont obligés de reprendre les trafics contre leurs grès, sous peine de souffrance ou même de la mort de leurs proches. C'est à la fois un récit de "guerre" si je puis dire mais c'est aussi un récit humain qui laissera à jamais une trace dans mon esprit.
 
C'est un livre que je ne peux que vous conseillez, il contient tous les éléments pour plaire. Thriller signé Thierry Brun, auteur dont je vous reparlerai surement dans les prochains mois car je ne compte pas rester sur ce roman. Je veux continuer à découvrir l'univers de cet auteur, qui, je pense, et l'un des meilleurs dans l'univers des Thriller français.
 
Livre lu dans le cadre du mois de Thierry Brun sur BookenStock que je remercie encore une fois pour ce partenariat plus que satisfaisant.