20 nov. 2012

Apocalypsis, cavalier blanc : Alice par Eli Esseriam

_____________________________________________________________________________________

Mon avis :

Apocalypsis, une série de bouquins qui me faisaient de l'oeil depuis énormément de temps en partie à cause d'Archessia qui ne cesse d'en faire des éloges. J'ai eu la chance de me lancer dans la lecture du premier tome grâce aux généreuses Dup et Phooka du blog BookenStock. J'ai pris un réel plaisir à lire ce livre, une grosse surprise pour moi. J'ai beaucoup aimé, c'est très frais et parfait pour se détendre.

Ils sont quatre adolescents d’apparence ordinaire. Alice, Edo, Maximilian et Elias. Ils ne se ressemblent pas et n’ont, à première vue, rien en commun. Leurs vies vont pourtant s’entremêler d’étranges manières. Chacun va se découvrir un rôle dans ce cataclysme planétaire et apprendre à dominer son pouvoir unique. Ils vont devoir s’unir et sceller le Jugement Dernier. Ils sont les Cavaliers de l’Apocalypse.
Ils devront tuer, mais aussi épargner, maîtriser le sort des Hommes tout en se soumettant à leur propre destin. Seules 144 000 âmes pourront être sauvées. En ferez-vous partie ? Ou serez-vous un de leurs mystérieux opposants, déterminés et prêts à tout pour sauver le Monde ?

Au début, j'avais vraiment du mal avec Alice. C'est une personne très vulgaire qui est un peu trop susceptible à mon goût. Un rien la met en rogne et au bout d'un moment, ça peut lasser.. Malgré les défauts qu'elle peut avoir, je me suis beaucoup attaché à elle. Elle est vraiment très drôle, pas une page sans qu'elle me fasse rire. Avec un langage de poète, sa personnalité est vraiment très varié. Du langage vulgaire et familier au langage poétique, il y a un énorme cratère.. Pas chez Alice, ce qui fait son originalité. " Cela doit être très reposant, parfois, d'être une personne lambda, destituée de toute responsabilité, lovée dans l'ignorance de tout ce qui se joue dans des sphères plus élevées. Pour la première fois, je les regarde avec une sorte de jalousie contenue. La fin du monde, pour eux, se définit par une mauvaise note en latin, déchirer son pantalon au niveau des fesses ou se faire larguer devant tout le monde dans la cour du lycée. " N'ais-je point raison ? Je ne peux pas rester insensible devant un langage aussi cru, réfléchi, et drôle par la même occasion. On peut remarquer que malgré sa très forte personnalité, elle est très émotive, c'est rassurant de constater qu'il y a quelqu'un d'humain si je puis dire derrière le mur de pierre que c'est construit notre chez Alice Naulin.

Une bonne histoire qui tient bien la route. J'ai vraiment été surpris, ne voulant pas être déçu, je ne m'attendais à rien mais je suis vraiment content de cette lecture. Un style d'écriture drôle et poétique à la fois fluide et agréable à la lecture. Parfait pour se poser et tout oublier, ce n'est pas prise de tête. C'est très reposant. Des passages qui m'ont laissé pantois d'incompréhension mais je les ai retrouvés plus tard avec des explications, Eli Esseriam c'est ce qu'elle fait, elle gère ses personnages et son histoire et rien n'est laissé au hasard. Ce n'est pas le cas chez certains auteurs qui nous balance des infos de partout sans explications donc bravo à elle pour ça. Une petite touche de fantastique qui apporte sa dose de magie, j'approuve à 100 %. J'ai beaucoup apprécié les dernières pages, c'était très fort mais ça ne peut pas finir comme ça, c'est insoutenable. Comme son personnage, l'auteure est une sacrée sadique. Un premier tome qui annonce la .
couleur pour le second, j'ai vraiment hâte de me le procurer pour me replonger dans cet univers magique et reposant.

Un livre que je vous conseille bien évidemment, malgré une héroïne parfois énervante, ça vaut le détour. Si vous cherchez un livre mêlant fantastique et jeunesse, Apocalypsis, cavalier blanc : Alice est fait pour vous !

Livre lu dans le cadre du mois d'Eli Esseriam sur BookenStock que je remercie encore une fois pour ce partenariat plus qu'enrichissant de mon côté.


6 commentaires:

  1. Alice m'a pris la tête un bon nombre de fois moi aussi, mais je m'y suis attachée presque malgré moi ^^

    Eli Esseriam est, comme tu le soulignes, une belle sadique.
    Par contre, ce livre n'est à mes yeux pas du tout "reposant" ou idéal pour "se détendre". Il m'a fait grincer des dents, grogner en désapprobation, ouvrir la bouche d'incrédulité, pour hurler de frustration à la fin de ne pas avoir le tome 2 dans ma PAL ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reposant dans le sens ou la compréhension n'est pas difficile, j'ai mal tourné ma phrase :p

      " Il m'a fait grincer des dents, grogner en désapprobation, ouvrir la bouche d'incrédulité, pour hurler de frustration à la fin de ne pas avoir le tome 2 dans ma PAL ^^ " Je me reconnais :p

      Supprimer
  2. Alors voilà une lecture qui m'intrigue sérieusement et que j'aimerais bien lire, puisque que je vois déjà pas mal de détails qui me font tilt avec mes références bibliques... Une interprétation fantastique de l'Apocalypse qui me fait un grand clin d'oeil, ouais! Merci Damien!! :D

    RépondreSupprimer
  3. Franchement découvre pas mal de bons livre sur ton blog et j'adore ça. Ce livre m'avais déjà intriguée quand tu as fais la présentation de son auteure. Maintenant c'est certain, il va rejoindre ma wish-list.

    RépondreSupprimer
  4. Ah pourquoi pas, je tenterais bien, pour l’héroïne énervante, ça ne me généra pas, je n'ai presque jamais été énerve par les personnages même quand tout le monde les détestait lol
    En plus maintenant je suis très tentée

    RépondreSupprimer
  5. Ce livre est dans ma Pal, il faudra que je m'y colle :)
    Ta chronique me donne envie en plus!

    RépondreSupprimer